Per la versione italiana clicca qui!

Check this link for the original english version of this conversation on www.askrsvarte.org

Traduction de Federico Montemarano

A: Hail! Veuillez vous présenter et présenter votre association italienne à notre public

Y: Hail  Askr,
Permettez-moi de me présenter: je suis Ylenia Oliverio, alias Laugrith Heid, je suis une archéologue italienne qui pratique l’ésotérisme depuis environ 25 ans. J’ai commencé mon voyage avec Goetia et la démonologie. Entre 2012 et 2013, j’ai fondé une association reconnue par l’État italien, sectorisée au culte polythéiste. Entre 2013 et 2014, j’ai concentré mon attention sur la zone scandinave, en fondant Vanatrú Italia, à partir des processus runologiques liés à la graine des Géants et à leur matrice occulte, à la sorcellerie scandinave.J’ai effectué des recherches publiées dans 5 volumes italiens, édités par Anaelsas, où j’ai décrit les processus de récupération partielle du culte autochtone européen,attirant l’attention sur le Vanir et le Jötnar. Ce sont les textes:

1 Laugrith Heid, La Stregoneria dei Vani, Anaelsas edizioni.

2 Laugrith Heid, Kindirúnar, Le Rune della Stirpe, Il Grimorio Necromantico, Anaelsas edizioni.

3 Laugrith Heid, Rún, i tre aspetti di una Runa, Anaelsas edizioni.

4 Laugrith Heid, Helvíti Svarturgaldur, Manuale pratico di Opera Necromantica Nord Europea, Anaelsas edizioni.

5 Laugrith Heid, Tröld*R: il Fjölkynngisbók. Magia, Stregoneria e Folk Nord Europeo, Anaelsas edizioni.

Nous travaillons sur notre sixième volume où nous nous consacrerons à l’intégration d’une réimpression du premier volume avec des recherches sur l’espace eurasien et russe. Depuis la fondation du groupe Vanatrú Italia, des sections d’étude spécifiques pour le culte de Hel, appelé Helpath, sont nées, et Jötnarseed s’est concentré sur le culte des Géants, en particulier Surtr. Nos recherches montrent l’importance remarquable du lien entre les divinités indigènes et les géants. Ordre et chaos. Renaissance et mort.

A: Vous avez mentionné des études et des recherches axées sur la région russe et eurasienne, pouvez-vous nous en dire plus sur ce qui a attiré votre intérêt pour le patrimoine russe et eurasien?

Y: La tradition russe, en particulier, a un fond culturel et historique fondamental pour comprendre les processus ésotériques et exotériques de chaque tradition. La Russie cache une identité historique (et populaire) profonde qui varie et change au cours de ses phases, qui touche (en maintenant la conscience du peuple) chaque partie du Fólk considéré. La lecture de ces étapes à travers des documents historiques et du folklore est
quelque chose d’unique et de spectaculaire, il semble vivre à travers les esprits qui ont suivi au fil du temps. Surtout, la phase des mythes et de la tradition russe englobe pleinement l’essence de la sorcellerie (Hydromania) et se connecte aux processus folkloriques du peuple scandinave. Le pont est sans équivoque.La partie eurasienne nous a permis de comprendre tout cela. Avant d’arriver en Russie, j’ai traversé les processus démonologiques eurasiens pour percevoir et intérioriser les différences ésotériques d’un peuple fort et profondément enraciné dans leur pay

A: Vous avez mentionné Surtr comme l’une des principales figures d’intérêt. Je connais une vision intéressante suggérée par le philosophe allemand Ernst Jünger: dans ses journaux des années 80, il a écrit à ce sujet, racontant que lorsque les morts ont quitté le Naglfar de Loki arrivent sur le champ de Vígríðr, Surtr et son armée resteront sur la touche (et loin). Dans ces écrits, il exprime le concept concernant l’idée de Loki qui reste comme un bâtard au milieu des géants réels et primordiaux comme Surtr, et que, par conséquent, ce dernier ne s’unira pas, ne reconnaîtra pas son «chemin» et la motivation qui le conduit Loki pour lutter contre les dieux de leur côté. Donc, à partir de ces hypothèses, j’ai deux “sous-questions” pertinentes: comment considérez-vous Loki et sa figure difficile, ainsi que son “chemin” et, par conséquent, de la même manière, comment envisagez-vous également Surtr?

Y: Dans le Vǫluspá, un mystérieux navire est mentionné qui aurait amené la gigantesque armée sur le champ de Vígríðr où a eu lieu le Ragnarök: Naglfar, fabriqué principalement de ongles des morts. Le navire Naglfar apparaît également dans une pierre runiqu archéologique. La pierre runique de Tullstorp à Scania, en Suède. La pierre runique montre Fenrir le loup géant juste au-dessus du navire Naglfar. Par conséquent, la présence de Loki peut être plausible. Je connais et admire bien Jünger et je connais la théorie que nous trouvons dans les journaux.Je suis un fervent érudit des processus philosophiques allemands que j’insère dans les cours pour les garçons qui nous suivent. J’ai étudié la philosophie et c’est la base de ma formation. Quant à la fascination de Jünger pour la beauté et la férocité, son amour pour le monde animal et les théories relatives à la relation entre la connaissance et la gnose animale s’explique. Le même philosophe pose l’amour, la mort et l’intériorité spirituelle exprimée dans l’art et la poésie
comme des formes pour retrouver le chemin du nihilisme moderne. Dans ce contexte, nous insérons les théories sur Loki. Loki et la transmission des processus mimesis lokiens sont la clé pour comprendre Surtr et sa lignée. En fait, Loki peut sembler être un combattant d’une lutte qui n’est pas la sienne, mais cette lutte (de renouvellement) a été et sera toujours fondamentale pour la vérification du Ragnarök. Sans Loki et sa mimesis, il n’y aurait pas de révolution, et cela, Jünger, l’a toujours su. Par conséquent, pour comprendre la figure de Loki, il faut toujours s’en tenir au mythe et à ses capacités de transmutation, et pour comprendre Surtr, il faut se pencher vers ses particularités, c’est-à-dire jamais né et jamais mort. Loki est le lien
entre la sorcellerie vanique et les pratiques Jötnar. Un processus que nous appelons la mimesis rituelle.

A: Quels arguments pouvez-vous apporter à l’appui de la thèse qui considère Hel comme la véritable déesse de la mort (si vous la reconnaissez comme telle), indépendamment du fait que des sources authentiques nous disent qu’elle ne l’est pas?

Y: Dans mon volume HelVíti je trace les recherches qui répondent à votre question. Je considère Hel comme l’essence de Giant. La mère de toutes les formes sorcières. Je vous laisse un passage de notre quatrième volume qui, je crois, peut bien clarifier le rôle de Hel pour notre groupe:

“[…]
À partir des noms et du travail philologique minutieux, nous avons pu retracer les caractéristiques de la première Völva et de la forme principale de la déesse Freya. Vanidís rassemble à la fois la divinité connue et les divers éléments fusionnants et indigènes, tels que le Jötnar, les nains, le tröll, le vættir, les dragons et les elfes des deux races. Cet aspect a facilité la possibilité de translittération des divinités et Jötnar dans es différents
éléments mentionnés.

“[…]
Si nous prenons la version Völuspá 22, Hauksbók, un adjectif est mentionné en relation avec la sorcière, la brillante, qui semble créer une relation étroite avec la mère Gullveig de chaque sorcière.

Heiði hana hétu
hvars til húsa kom
völu velspáa
Vitti hún ganda
seið hún hvars hún kunni seið hún hugleikin
æ var hún angan illrar brúðar


Heiður était également l’un des noms de Freya, et avec lui la relation des sorcières vaniques. D’où le lien avec Gullveig, mais le passage intéressant est l’association “du mal et mauvais ” , presque liée à la conception malveillante du diable, d’où le lien avec Helvíti. Gullveig est la sorcière liée à la tradition nécromantique que nous voyons dans nos pratiques. Comme cela a été dit à plusieurs reprises, la relation Nerthus / Hel est maintenant consolidée, car Heiður est liée à Gullveig et aux caractéristiques de la dame de toutes les sorcières, Hel. En suivant cet excursus, nous pouvons étendre la manifestation de Freya à l’une des manifestations de Hel. Pour intensifier notre hypothèse, nous avons le terme associé à Freya, Vanidís ou Blótgyðja, Puisque Gyðja finit par être lié à la figure sacerdotale, la fusion avec Blót indique la caractéristique du sacrifice. Freya est la manifestation de Hel dans un acte cérémoniel et sacrificiel, dans sa manifestation pendant l’Arg ou le Friður, tandis que Hel est la manifestation de Freya dans sa version
nécromantique.

“[…]
Pour le confirmer, il suffit de faire un pas en avant dans le Völuspá hin skamma, qui bien qu’il soit un concentré de croyances chrétiennes et de mythe, nous fournit un élément substantiel. Depuis le Völuspá hin skamma (Hyndluljóð):

Eru völur allar
frá Viðólfi,
vitkar allir
frá Vilmeiði, seiðberendr
frá Svarthöfða, jötnar allir
frá Ymi komnir»
.

A: Il semble que vous vous concentrez principalement sur Vanir et Jötnar – pourquoi exactement sur eux et comment les identifiez-vous et les différenciez-vous les uns des autres? Et, bien sûr, quel rôle joue les Æsir dans la vision du monde que vous promouvez?

Y: De nos recherches archéologiques et philologiques, un lien fort se dégage entre les divinités Vanir et les Jötnar. Ma formation démonologique m’a poussé vers la recherche du viscéral et de l’autochtone et de leur rapport avec la partie chaotique présente dans le panorama européen. Notre Blóta travaille sur la récupération de cette combinaison lumière/ombre; nos cours se concentrent sur la récupération partielle du “Fjölkyngi” à travers les processus ésotériques de notre histoire. J’ai délibérément choisi de privilégier les études sur les essences autochtones et les pouvoirs chaotiques en déplaçant mon attention sur δαίμων (Daimon) comme base sur laquelle augmenter les connaissances en sorcellerie. Les Æsir sont une partie essentielle du culte, nous les traitons dans un sens très voilé car je nous appartiens pas. Le processus social du mythe odinique, maîtrisé et souvent repris par les contextes de Vanir, s’éloigne de nous, enclins à une “gnose” plus occulte, viscérale et pure.

A: Pourriez-vous expliquer les liens philologiques entre Vanir et Jötnar? Pourquoi utilisez-vous le terme «divinité» lorsque vous mentionnez géants? Comme nous le savons de nombreuses traditions des peuples indo-européens, ils sont toujours en opposition avec les divinités et la nature divine, en particulier dans la tradition germanique-scandinavienne.

Y:Une partie des liens se trouve dans la question ci-dessus. Où j’ai essayé de répondre brièvement avec un concept trouvé au cours des années de recherche publiées dans les volumes. Je crois que les processus discordants entre les Géants et les divinités sont le produit historique des processus d’avancement abrahamique. Ce sont les luttes claires entre le bien et le mal que je veux proposer aux chrétiens, où un Dieu n’est que bon et un démon n’est que mauvais. La phase d’avancement des Æsir est la phase de l’homme indo-européen, et en fait toutes les dynamiques se répètent qui s’ouvrent ensuite sur des phases abrahamiques.En ce qui concerne l’utilisation de la divinité / divinité, je veux dire précisément l’essence divine: au sens concret du terme. L’essence pour être tel doit contenir le chaos / la mort et l’harmonie / la vie. D’un autre côté, Dieu contient la plus haute divinité, ou la conception absolutiste du mal absolu ou du bien absolu, trop inhérente aux concepts abrahamiques. En ce sens, je maintiens la diversité avec le terme Déité.

A: Décrivez la fameuse discussion contre le dur dualisme, présente, par exemple, dans le zoroastrisme. Mais les peuples indo-européens et leur vision quelque peu dualiste (dvaita) se sont matérialisés plusieurs siècles avant et à plusieurs kilomètres du Moyen-Orient, berceau des conceptions et des comportements du dualisme moral (!) Du moule abrahamique. Bien sûr, avec les deux Edda, nous avons plusieurs exemples de collaboration et de coexistence entre Æsir et Jötnar, et la même relation difficile entre Devas et Asura se trouve dans les Vedas, mais la tension entre les deux pôles de pouvoir a toujours existé.

Y: Oui, les deux polarités sont évidentes, un peu d’accord tacite est revécu, un peu de tentative est faite pour sectorialiser les rôles précis entre créateurs et organisateurs d’événements. Le dualisme zoroastrien est de type métaphysique, car l’opposition n’est pas entre l’esprit et la matière mais entre deux esprits: d’un côté est Mazda, le Dieu suprême et l’expression maximale du bien; de l’autre Mainyu, le créateur du mauvais esprit du mal. Cette dernière a un pouvoir parallèle mais de signe contraire vis-à-vis de l’intelligence “bénigne”, car elle engendre la “non-vie”. Mais ici aussi, nous trouvons une nouvelle forme intuitive. Le Démon est un générateur – de non-vie mais c’est toujours un acte de création qui ne diffère pas beaucoup de la racine de l’intelligence suprême. Tout à fait similaire aux processus que nous observons dans le mythe scandinave de la lutte / coexistence éternelle entre Æsir et Jötnar. Au dualisme ontologique – concernant la sphère de l’être – correspond alors un dualisme éthique: l’homme peut choisir lequel des deux suivre. Par conséquent, le premier exemple réussi de la guerre de tous les temps, celle entre le Bien et le Mal, a été lancé au sein du zoroastrisme. Entre autres choses, tout ce qui vit le fait dans une double existence, à travers une création idéale (menog) et une réalité concrète (geting). Le même ordre universel suit, selon Zoroastre, les vicissitudes de la rivalité entre les deux esprits: s’ils avaient été séparés à un stade précoce, ils auraient été forcés de se mélanger jusqu’à une séparation définitive.

A: Le concept grec de Daimon est loin de l’idée chrétienne subséquente de l’essence démoniaque / démoniaque inférieure. Nous reconnaissons le Daimon comme le Dieu entre l’homme et le Dieu supérieur (l’un des nombreux, celui que l’homme peut adorer) ou le conducteur intérieur ou le guide du Selbst de l’homme au Selbst divin, il est donc difficile pour moi associez les Daimon aux Jötnar et à leur sphère.

Y: Le conceptualisme Daimon lié à la sphère du Jötnar nous sert à relier le pouvoir des Géants aux hommes (en particulier aux sorcières de cette faction). Nous en avons besoin pour comprendre la véritable essence du démon (en tant qu’intermédiaire), et pour aller au-delà de ce qu’ils ont enraciné en nous depuis des siècles, tachant fortement toutes les formes d’ésotérisme européen et non européen.

A: Que voulez-vous dire par les termes “le processus social du mythe Odin” et qu’est-ce qui fait, selon ce que vous dites à la fin de votre phrase, une “gnose pas pure”?

Y: Le processus social que je veux dire est la matrice des formes odiniques. En ce sens, l’homme est par rapport à son entreprise, aux règles dictées par un comportement qui répond à la «bonne» façon de suivre pour ne pas nuire à l’autre. Ici, nous sommes plus enclins à la racine occulte et à l’intériorisation des processus ésotériques et exotériques qui composent un social, lié au viscéral et au pur. Loin de cela de l’approche Æsir des questions sociales. C’est-à-dire une figure masculine placée au sommet d’un équilibre constamment précaire et gérée par la force et la masculinité. En ce sens, je parle de gnose non pure. Après tout, l’arrivée de l’homme indo a mélangé les formes et recréé de nouveaux éléments, rien de plus intéressant et contemporain, mais pour nous pas d’importance pour l’instant. La différence réside dans la gestion de la pureté de la racine autochtone qui évolue ensuite et se ramifie sous toutes les formes ésotériques. Une compréhension de la racine pure et ensuite l’érection de la structure sans précarité.

A: Comment décririez-vous exactement un phénomène comme le chemin de la main gauche, et quel est le grand objectif final de tout le voyage spirituel que votre chemin offre à ceux qui le suivent?

Y: Dans notre relecture théosophique, le chemin de la main gauche (LHP) est la base des processus primaires de notre sorcellerie et de notre action démonologique qui se perpétue dans les processus du Ginnungagap (GinUr),qui est l’essence nécessaire pour induire une nouvelle évolution de la conscience. Il élabore une relation entre manifeste et non manifeste que nous trouvons également dans la relation entre les opposés qui génèrent la
divinité binomiale (Vanir) et Gigante (Jötunn), permettant ainsi une partie de la phase de conscience de soi qui revit dans chaque Ragnarök et qui montre la connexion louée de Loki.Nous offrons à nos étudiants une vision différente de Vanatrú des anciens contextes connus, car nous avons réussi à saisir le lien entre le Vanir et le Jötnar. Nous proposons une étude démonologique à large spectre qui segmente la même démonologie et démonolâtrie occidentale visant une pratique de plus en plus eurasienne pure et exempte d’abramisme.

A: Puisque vous travaillez avec le Jötnar, je ne peux pas m’empêcher de vous poser des questions sur ὕβρις (arrogance ou avidité dans certaines versions). Cet attribut a toujours été associé aux géants et aux titans, et est l’une des caractéristiques qui font la différence entre les dieux et les géants (les dieux n’ont pas Hubris). Alors, comment voyez-vous cet attribut dans votre travail et comment le gérez-vous / comment le traitez-vous?

Y: ὕβϱις, hýbris en tant que topos de la tragédie grecque ainsi que dans la littérature fait référence à la qualification générale d’une action injuste et impie survenue dans le passé, qui a des conséquences négatives pour le présent. C’est un fond qui compte comme une cause en amont qui conduira à la catastrophe de la tragédie. Dans notre cas, elle est associée à Némésis en tant que justice réparatrice. De cela, nous avons la plupart des actes inhérents aux Titans. Mais il faut souligner que les Titans, comme les Géants, sont considérés comme les forces primordiales du cosmos, qui faisaient rage sur le monde avant l’intervention régulatrice et ordonnante de Dieu (Zeus dans le cas des Titans): tout fonctionne en synchronisation avec ce qui se passe dans le notre tradition, mais il faut préciser que cette faute résulte d’un acte qui s’insinue pour réguler les mouvements, quelque chose de loin de la matrice des Géants, beaucoup plus proche des Dieux. En fait, le concept de «l’envie des dieux» serait également remarquable.Dans de nombreuses tragédies, et souvent aussi dans notre mythe, en fait, il constitue le développement narratif qui conduit en conséquence à commettre un acte d’hybris, de sorte que notre travail examine chaque action née d’un acte primaire et non dérivée d’un “régulateur”.

A: Veuillez nous en dire plus sur les Vanirs de votre système. Que glorifiez-vous le plus et pourquoi?

Y: La tradition vanique reprend la graine naissante et oblitérante des Géants, en tant que seuls gardiens du processus de transmutation du Soi, centré par exemple dans la pratique Seiðr, dans les œuvres nécromantiques, dans le Trolddmhöll et dans le Galdrastafir. La majesté de la sorcière vanique est interposée dans la dynamique actuelle des pourparlers nécromantiques pour arracher les fils du destin de chaque être humain, comme en témoignent les découvertes du monticule d’Oseberg. Même la prêtresse de Nerthus avait cette même dynamique, surtout quand nous lisons le passage qui mentionne le retour du char au temple, et les fidèles qui se précipitent dans le débat sacerdotal. L’explication de Tacite, si exacte soit-elle, est toujours voilée par les relations avec sa patrie, de sorte que la conversatio mortalium que Nerthus avait à son retour, était avec les accusés à l’assemblée et le dialogue était essentiellement la pratique nécromantique de la descente aux portes de Hel, comme cela est amplement démontré, par le même nom auquel tend la racine grecque de “celui qui descend dans le royaume des morts” (NEPTEPOΣ) et comme le montre la pratique décrite au chapitre 4 de la Eiríks Saga Rauða, dans les actions du petit Völva.

A: Vous avez beaucoup parlé de sorcellerie, de magie et du côté pratique de la tradition. Pourquoi sont-ils si importants (ils représentent une petite partie des activités pour moi et pour le chemin Odinic) et quels fruits peuvent-ils généralement donner au praticien?

Y: Pour nous, la sorcellerie est une partie saillante du culte, elle opère sa propre gnose empirique, ce qui conduit à la première phase de l’émerveillement initiatique et mystérieux de la prise de conscience. Syncrétisme entre le Soi, l’ombre, l’âme et l’animus; un travail continu d’échange, au niveau physique et éthérique, entre matière et âme, entre Sang et Parole. Nous amenons le praticien à une connaissance intérieure absolue et à sa «mémoire», ses «souvenirs» passés pour accéder aux différentes étapes de la conscience initiatique et formatrice. La sorcellerie doit ressurgir, retrouver son rôle de communication entre les mondes et les différents niveaux d’Yggdrasil.

A: Alors, quel rôle joue l’idée de One – le grec “Ev” – dans votre vision du monde? Malheureusement, en anglais, le mot “one” fait toujours référence au sens de “single”, mais nous parlons principalement de monisme mystique (advaita dans l’hindouisme), pas de monothéisme.

Y: Le principe de base s’accorde avec les visions d’une réalité suprême non duelle mais, contrairement aux Vedas, il est plein de qualités ou de caractéristiques. Nous disons que, sous certains aspects, si nous devons faire une comparaison et que nous nous associons également à la vision (rebelle) de Ramanuja, il n’a pas accepté l’idée qu’une réalité sans distinction puisse être envisagée. Selon lui, il ne peut y avoir d’intérêt pour quelque chose qui est dépourvu de caractéristiques. Ainsi, affirmer la réalité de quelque chose dépourvu d’attributs ou de qualités est une contradiction dans les termes. Cette réalité vit dans les manifestations environnantes comme l’essence de ce qui génère l’harmonie et le chaos, dans un équilibre subtil qui est souvent rompu en raison de la stupidité humaine, qui croit qu’elle peut régir les aspects réglementaires du monde naturel.

A: Vous avez également mentionné le Ginnungagap. Pourriez-vous décrire votre compréhension et votre définition de ce dernier et pourquoi il est si important?

Y: La vision du monde que nous présentons est très similaire au concept Advaita de l’hindouisme. Il est très important car il incarne l’essence de tout ce qui est visible et non, manifesté ou non, d’être compris comme une réalité vivante. C’était l’abîme cosmique qui existait avant la création. L’incipit exact qui, comme indiqué dans Gylfaginning, est à l’origine des deux matrices données par Niflheimr (d’où proviendront les 11 fleuves qui sont traités dans la plupart de nos travaux rituels) et Múspellsheimr. Je vous laisse un passage de mon cinquième volume «Tröld*R: il Fjölkynngisbók. Magia, Stregoneria e Folk Nord Europeo» (Laugrith Heid, Anaelsas edizioni

“Enregistré dans les poèmes Eddic, avant la création des mondes, nous n’avions que le” murmure du vide “, le Ginnungagap. Son étymologie est complexe et très discutée (voir Dronke 1997), il est fondamental pour les praticiens de Vanatrú de comprendre l’idée d’un pouvoir immense et clair. Son rôle en tant que matériau d’origine de la création nordique a été souligné par De Vries (1931a), qui suggère que Ginnungagap peut être mieux compris comme “le vide plein de pouvoirs magiques (et créatifs)”; ce dernier est dérivé de la même racine que Gandr et Galdr. Si le pouvoir de sorcellerie des Vanirs est également présent à la naissance du cosmos, sa pratique semble avoir été influencée par la forme que la création a prise en tant qu’acte de création. L’acte créatif est inhérent aux Jötnar, qui sont
les pierres angulaires de la structure ethen de Vanatrú. Tout cela soutient notre thèse cosmique et anti-cosmique de la création et de la destruction, qui permet l’expansion de l’acte démonologique de la connaissance occulte “

A: Autre question: imaginez que le Ragnarøkkr se déroule actuellement; de quel côté préféreriez-vous être sur le champ de bataille

Y: Eh bien, dans un sens, nous vivons une partie de Ragnarök maintenant, avec ce qui bouge en ce moment. Le monde entier sortira de cette urgence changée, quelque chose de nouveau est sur le point d’émerger, et seuls les plus attentifs pourront le voir. Mais si je dois imaginer une situation telle que décrite dans le mythe, je serais toujours du côté du Jötnar. C’est la base des enseignements que nous proposons: cohérence et fidélité au fil conducteur qui anime chaque processus existant et qui coule toujours dans le Démon.

A: Et enfin: que pourriez-vous suggérer et souhaiter à notre public?

Y: Conseil pour bien évaluer les chemins qui sont entrepris et se pencher vers une information correcte sans interprétations et sale des concepts abrahamiques encore présents dans l’ADN de beaucoup. J’espère sincèrement que la vision de Vanatrú pourra changer dans le monde entier et qu’elle sera divisée par des mouvements qui mélangent trop de réalités sans fil logique et évolutif, comme cela s’est souvent produit dans la mode, le new age et les groupes néo-païens. Le concept de Vanatrú se perpétue dans les processus évolutifs du Ragnarök, dans l’expansion du Jötnar, dans la communication avec les divinités et dans la médiation avec chaque élément sur les plans de l’Yggdrasil.

Askr Svarte

Ylenia Oliverio

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *